Randonnée vélo, à plusieurs escales, dans les vallées, de Lille à Budapest du 13 au 31 juillet 2019

FOLDER
Presentation of the raid
On the road again
Route along the Altmühl
The barge
Crossing of the Danube in Austria
Sponsoring
This sponsoring support the raid

Passau - Vienne

Je déjeune à 7h car la journée sera longue. J'explique à la propriétaire de la pension mes ambitions pour cette journée. Elle s'étonne de l'étape que j'envisage de faire car les randonneurs qui viennent loger chez elle prennent au moins 4 jours pour relier Passau à Vienne. Ceci dit, je démarre et traverse la ville de Passau puis je roule sur la N130 le long du Donau et je rencontre de nombreux "Zimmer frei". J'arrive ensuite à Hartkirchen où je m'arrête pour me ravitailler avant de prendre la nationale N131. Au moment où je m'apprête à repartir, un groupe de cycliste passe sous mes yeux mais je ne parviendrai pas à les rattraper. Je roule jusque Ottensheim et à partir de là j'emprunte le chemin logant le Donau et spécialement prévu pour les randonneurs. Arrivé à Linz, je décide de traverser la ville par son centre mais après m'être fort éloigné je fais demi-tour pour reprendre la voie qui loge le Donau. Au passage je découvre d'importantes usines de fabrication d'acier (Linz Stahl). Sur ce chemin non accessible aux automobilistes je parviens dans un premier temps à rattraper une partie de mon retard car ce sont de longues lignes droites et c'est toujours tout plat. Mais après le chemin est plus sinueux et plutôt bucolique pour finalement arriver face au Donau sans autre possibilité que de traverser le fleuve avec un petit bateau spécialement prévu pour faire la navette d'une rive à l'autre. J'arrive à Mauthausen un peu perdu mais heureusement pour moi je retrouve le goupe de vélo du matin qui s'était arrêté sur le temps de midi pour manger. A peine je les vois qu'ils redémarrent. Cette fois ci il ne faut plus qu'ils m'échappent surtout que l'un deux me dit qu'ils roulent en direction de la Hongrie. Je ferais avec eux près de 80 km à une moyenne proche de 40 km/h sur une voie rapide normalement interdite au vélo mais avec la camionnette d'assistance à l'arrière du groupe les mesures de sécurité sont prises. La dame au volant de la camionnette s'arrêtera même pour me donner à boire car je n'ai pas encore eu l'occasion de me ravitailler. A Ybbs, tout le groupe s'arrête pour casser la croûte (banane, gateau, ...) et ici nos routes se séparent car eux descendent vers le lac Balaton. Me voilà maintenant rassuré car il me reste une centaine de kilomètres à faire. Je roule le long de l'autoroute jusqu'à Melk où se trouve une grande Abbaye qui surplombe la ville. A partir de Melk, je roule encore une dixaine de kilomètres le long du Donau avant de tourner à droite pour prendre une route de montagne qui grimpe pendant plus de 6 km. Je suis contraint d'utiliser à certains passages la plus petite vitesse de mon triple plateau. Le sommet de cette côte est situé à 585 m d'altitude. Je passe ensuite au travers d'endroits reculés de l'Autriche avec ses bois, ses routes en réparation, ... et j'arrive à Karlstetten où je m'arrête pour me ravitailler. Après avoir traversé Sankt Polten, je m'arrête à nouveau près d'un champ de maïs pour un besoin urgent. Je roule ensuite le long d'une ligne de chemin de fer empruntée par des trains chargé de camions roumains (sans vignettes). Je poursuis ma route aidé en cela par un vent violent qui me pousse dans le dos. Arrivé à Vienne, le temps se gâte et un orage de montagne s'abat sur la ville. Il fait maintenant noir et je dois trouver la pension Krainer. Après m'être arrêté à une station de métro, je fais demi-tour en pensant être trop loin. Mais la pluie se met à tomber à seau. Je m'arrête à une cabine téléphonique pour sonner à la pension et demander mon chemin mais c'est vraiment dificile de comprendre l'autrichien surtout dans une cabine en plein orage. Après avoir reçu des explications, je retourne jusqu'à la station métro et une fois là-bas je monte avec mon vélo dans le bus n°151 qui mène à la pension. Je demande à une autrichienne qui s'apprête à descendre du bus si je suis au bon arrêt et une fois descendu ont s'aperçoit que la pension Krainer se trouve juste en face de l'arrêt.Je suis vraiment content d'arriver après plus ou moins 300 km de route et en plus l'hôtel est très beau.